Jour 14 – Le dernier jour de la campagne BobGeo

octobre 28, 2009

Tandis que la campagne touche à sa fin la flûte sismique et les canons sont déployés pour la dernière fois.
Le Sondeur Multifaisceau continue à cartografier le plancher océanique du Golfe de Gascogne, et le Chirp “chirp” toujours.

Mardi 27 Octobre

Ceci sera probab lement mon dernier blog sur la campagne BobGeo, puisque nous nous approcherons de Brest cette nuit et devrions arriver aux alentours de 8 heures demain matin

J’ai énormément apprécié mon premier séjour en mer, qui a été une expérience intéressante, même lorsque la mer faisait de son mieux pour me rendre malade. Je voudrais remercie Nikki King, de retour à Oceanlab, pour m’avoir donné cette opportunité. Jusqu’à récemment, Nikki était responsible du Groupe de travail (Workpackage) 9 “Education et divulgation” dans le projet CoralFISH. Mais elle vient de prendre un poste de maître de conférence en Biologie Marine à l’Université, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles vous m’avez eu à sa place!

nikki

Nikki en train de faire ce que je soupçonne être son activité favorite.

Quand j’ai commencé le blog j’ai dit que je pensais que ce serait une expérience ardue, mais grâce à mes collègues à bord, je suis peut être à la moitié de l’apprentissage et je comprends un peu plus de choses au sujet du Chirp, de la Sismique, du Multifaisceau, de Calypso, de Casino, et bien sûr du Scampi et des coraux. J’espère que je me suis débrouillé pour faire passer cette information et ce que j’ai vu à bord d’une campagne de recherche. Il y a beaucoup de gens que je devrais remercier, mais la liste est si longue que çà prendrait tout le blog.

Je dois mentionner une personne qui est Thierry Schmitt. Chaque nuit après que j’ai posté le blog, Thierry l’a traduit en français et me l’a donné pour que je puisse le poster sur l’autre blog: celui qui supporte les accents français.
Mon seul regret est que je n’y ai pas pensé avant d’être en mer depuis plusieurs jours, c’est la raison pour laquelle les premiers blogs manquent sur la page française. J’espère que les enfants de Stéphane Ker et les familles de ceux qui sont à bord ont pu suivre un peu de ce qui s’est passé sur le Pourquoi Pas?

thierry

Merci Thierry

C’est peut-être le dernier jour mais il y a encore du travail à faire. La nuit dernière la benne de sédiment est remontée vide car elle a touché le plancher mais ne s’est pas déclenchée. Ils n’ont pas eu beaucoup de chance avec les bennes de sédiment.

waiting

En attendant que la benne revienne en surface.

last grab

La benne revient à bord.

Aujourd’hui a été une autre agréable journée un soleil brillant et une mer peu agitée. Le Chirp, la Sismique avec canons et flûte, ont tous opéré depuis l’aube. J’ai mis un vidéo clip du canon à air sur YouTube, vous pourrez voir les explosions de bulles quand il sort, et si vous écoutez attentivement, vous pourrez entendre le son qu’il émet, qui est un peu difficile à entendre et est émis juste avant que les bulles soient expulsées. Aussi, à la fin du clip on entends le son du Chirp qui vous permet de réaliser pourquoi on l’a appelé Chirp. Le son a été enregistré alors que j’étais assis au niveau 3. Toutefois on peut l’entendre si on sort et au début j’ai pensé que c’était les oiseaux que l’on voit souvent autour du bateau.

Comme les données recueillies viennent de l’accoustique et du Multifaisceau, l’analyse continue, de nouveaux profils sont crées, et la cartographie se poursuit.

last seis

Entré des données Sismiques.

stefan

David, Pascal et Stéphane étudie le dernier profile sismique.

delphine

Delphine et Benoit continuent à mettre à jour la carte bathymétrique avec les données multifaisceau.

last map

Ci-dessous, le dernier profil entrant du Chirp

last chirp

Les données du Chirp arrivent. Comme vous pouvez le voir, elles semblent arriver en sections, c’est à cause de la houle. Vous souvenez vous de Vincent et Mathieu? (comment oublier le sourire rayonnant de Vincent!)

matt-

c'est son travail de trier les données et de rendre les profils plus présentables.

chirp

Un profil Chirp après qu'il ait été travaillé pour 'rabouter' les sections.

olivier

Olivier Soubigou qui a la responsabilité de la communication, parle avec Brigitte Guillaumont de ses données (Je promets de prononcer ton nom correctement la prochaine fois que nous nous verrons, Olivier).

Celui qui a commencé planifier ce projet il y a deux and quand il sa soumis la candidature.

JF

Jean-Francois Bourillet

Et pour finir, ce de quoi il s’agissait depuis le début!

 
the corals

Les Coraux

Au revoir

owen2

Owen

 

Publicités

Jour 13 – Plus que 2 jours

octobre 28, 2009

Jean-Francois a fait une présentation à l’équipage.

L’acquisition sismique et multifaisceaux continue

J’ai encore raté les dauphins…

Lundi 26 octobre

Une belle journée commence et le Soleil brille sur le Pourquoi pas? Il y a encore un peu de houleaujourd’hui mais je pense que j’y suis habitué car je ne chancelle plus comme je le faisais au début. Je m’accroche toujours aux rampes lors de mes promenades sur les différents ponts extérieurs mais j’ai repris quelques couleurs! Je pensais pouvoir me passer de mes patchs magiques pour les 2 derniers jours. Néanmoins, à mesure que la journée passait et que la houle persistait, mon estomac n’allait pas aussi bien qu’espéré. Je ne suis peut-être pas aussi résistant que je le pensais et je vais garder le patch aujourd’hui et voir ce que demain me réserve.

Il n’y aura plus de carottage Calypso, de plongée Scampi ou de bennes mais la sismique HR, le sondeur à sédiment et le multifaisceaux continuent d’imager les fonds marins.

Cette après-midi, Jean-François a présenté les objectifs du projet CoralFISH et les premiers résultats de la mission à l’ensemble de l’équipage. À la fin, il a montré la nouvelle carte bathymétrique de la zone obtenue après 12 jours d’acquisition du multifaisceaux.

JF_Map

Jean-Francois décrit la carte.

La photographie ne rend pas justice à la carte qui est réellement impressionnante avec de détails très fins. J’ai entendu dire qu’il existait des lunettes spéciales qui permettaient de voir ce genre de carte en 3D. Une carte bathymétrique est une carte des fonds marins avec des lignes de niveaux représentant la profondeur d’eau à la manière des courbes de niveaux indiquant l’altitude sur les cartes topographiques terrestres.

Je pense que ce blog montre les membres d’équipage qui ont su manoeuvrer le Pourquoi pas? avec précision et prendre soin de nous. Je sais que je n’ai pas réussi à photographier tout le monde et je m’excuse auprès de ceux que j’ai oublié. L’homme responsible du bateau, est le Commandant Thierry Alix. Il participe souvent aux différents déploiements d’outils avec le reste de l’équipage technique sur la plage arrière.

captain

Le Commandant Thierry Alix, en polo clair parle avec Jean-Francois après sa présentation.

Les photos qui suivent montrent quelques membres de l’équipage lors du déjeuner de dimanche. J’aurais pu photographier avec un meilleur appareil car celui-ci a des problèmes avec la lumière et les images ne sont pas aussi nettes qu’elles le devraient.

lunch1

lunch2

lunch3

lunch4

Le commandant en second, Régis parle avec Noël et Jean-Michel,deux membres d'équipage.

Le commandant en second, Régis parle avec Noël et Jean-Michel,deux membres d'équipage.

I was going to put names with the pictures but I would probably get them wrong, however, there are one or two I do remember.

chef

Notre Chef - Jean-François

Nos deux stewards qui prenaient soin de nous

Jean_luc

Jean-Luc

pascal_wait

et Pascal

sybll

Sybille et Philippe qui s'occupaient de la bonne tenue de nos chambres (il manque Alix, qui n'était pas présent lorsque je prenais les photos)

bridge1

Hervé, en passerelle.

pierre

Pierre qui nous a fait visiter les machines hier.

Olivier&Jonathon

Olivier (à gauche) et Jonathann

C’est deux membres d’équipage passent beaucoup de temps sur le pont 3, près du bord, où ils attachent les bouts et les cables aux différents équipements à déployer. Cela me donner la chaire de poule de les regarder!

Je n’ai pas pu montrer tous les membres d’équipage mais ils ont apporté leur contribution qui a été appréciée de tous.

Allez voir les dernières vidéos de CoralFISH sur YouTube.

Dernières nouvelles. J’ai appris qu’i reste un peu de temps pour déployer la benne à sédiments cette nuit vers 23h30. La nuit s’annonce très longue!

Jour 12 – Où est donc passée la tempête ?

octobre 26, 2009

La tempête dont tout le monde parlait hier ne s’est jamais réellement formée. A la place, nous avons pu bénéficier d’une très belle journée. J’ai fini par prendre un bain de soleil sur le pont arrière.

Il est fort possible qu’on fasse la dernière plongée Scampi et le dernier carottage de la mission.

Dimanche le 25 Octobre

Après une heure de plus au lit, il a été presque facile de me faire réveiller par le levé de soleil. Soleil qui au demeurant nous a tenu compagnie toute la journée alors qu’on s’attendait à une grosse tempête. Après le repas dominicale, j’ai passé une partie de l’après-midi sur le pont arrière alors que quelques uns de mes collègues jouaient une partie de basket-ball endiablée sur le pont arrière.

Petite séance de relaxation sur le pont arrière.

Petite séance de relaxation sur le pont arrière.

Scampi a été déployé pour la dernière fois de la mission cette nuit. Hélas, peu ou pas de signe de coraux, non pas comme dans la nuit de jeudi où l’excitation était à son maximum lorsque nous les avions vu. Quelques images nous ont prouvé qu’il y avait des courants relativement forts sur le fond pour créer des rides sur les sédiments meubles.

Une image de la plongée de jeudi avec des coraux

Une image de la plongée de jeudi avec des coraux


Les courants sur le fond meuble indiqués par les rides

Les courants sur le fond meuble indiqués par les rides


Peu de coraux mais des poissons et de des crabes.

Peu de coraux mais des poissons et de des crabes.

Une carotte Calyspo a été prise vers deux heures ce matin, ramenant une colonne de 15m. Ce matin, Mickael Rovere, un technicien IFREMER, était entrain de mesurer les propriétés physiques des sédiments sur des sections de 1m de la carotte. Plus particulièrement, il mesure a) la longueur de sédiments, b) l’épaisseur, c) la vitesse du son qui traverse les sédiment, d) la résistance électrique, e) la susceptibilité magnétique et f) la température. Les mesures a, b, c, d, et e sont prises tous les centimètres le long des sections de 1 m.

Mickael en plein travail entrain de mesurer les paramètres physiques des carottes

Mickael en plein travail entrain de mesurer les paramètres physiques des carottes

Après que Mickael ait fait sa partie d’analyse de la carotte, les sections sont emmenées au labo où le tube plastique est coupé dans le sens de la longueur, laissant intact les sédiments.

Le tube entrain d'être coupé en deux

Le tube entrain d'être coupé en deux


Les scies circulaires. Les flèches vertes montrent les scies circulaires, les flèches rouges montrent les lames qui finalisent la coupe du tube en plastique.

Les scies circulaires. Les flèches vertes montrent les scies circulaires, les flèches rouges montrent les lames qui finalisent la coupe du tube en plastique.

Après la découpe, les carottes sont découpées et mise au frigo avant de nouvelles analyses. Ce travail est partagé par les géologues et les sédimentologues. Ce matin, le quart des sédiementologues regroupait Michel Cremer et David Menier.

Michel

Michel


David

David

Dans l’après-midi, Sébastien Zaragozi, Pascal Le Roy et Alexandre Dubois ont pris leur part dans la découpe des carottes.

Sébastien

Sébastien


Pascal

Pascal


Alexandre

Alexandre

Après la visite du labo de sédimentologie, je suis allé dans ma chambre pour regarder mes mails. J’avais un message de ma fille qui me disait qu’elle avait vu les vidéo sur Youtube et que celle de la houle l’avait rendue malade. J’étais entrain de lui répondre lorsqu’on m’a dit qu’il y avait une visite de la machinerie du bateau. Intéressé, je me suis dit que ma fille attendrait sa réponse.

Au pont 2, Pierre, un des mécaniciens, nous attendait.

Pierre

Pierre

Il nous a tout d’abord montré les moteurs d’étrave. J’ai pris tellement de photos que je ne pourrais pas toutes les mettre sur le blog. Je vous promets que je ferai un petit film dans les prochains jours et que je le mettrai sur Youtube.

Les 4 moteurs diesel qui fournissent toute l'énergie au bateau.

Les 4 moteurs diesel qui fournissent toute l'énergie au bateau.


L'arbre de transmission vers l'une des deux hélices de poupe.

L'arbre de transmission vers l'une des deux hélices de poupe.

En fait aujourd’hui était la vraie date d’anniversaire de Benoît. Il semble qu’il ait battu un record encore inégalé de 6 anniversaires de suite à bord d’un navire océanographique. Un autre reporter que moi en a fait un scoop.

Félicitations Benoît.

Félicitations Benoît.

Demain, j’espère vous faire faire connaissance avec des personnes qui sont au cœur du fonctionnement du Pourquoi Pas?

Jour 11 – Une journée calme

octobre 25, 2009

Ou bien, est-ce le calme avant la tempête?

IIl semble que ce soit une journée bien calme à bord du Pourquoi pas ? Le chirp et le mulitfaisceaux sont en fonction. Il y a une petite houle, mais tout le monde semble attendre un coups de vent qui risque de nous croiser dans la soirée.

Samedi, le 24 octobre

Ce matin a débuté avec de la brume et de la pluie. Plus tard, le soleil est apparu pendant une bonne partie de la journée à tel point qu’il faisait bon être sur le pont arrière à regarder le paysage alors que nos étions entrain de continuer à cartographier la région.

J’ai passé une bonne partie de la journée à l’intérieur à éditer les vidéos et les rendre disponibles. Pendant que j’étais entrain de filmer le déploiement du carottier, le chef mécanicien est venu me demander s’il pouvait avoir une copie de la vidéo. Alors, j’ai aussi réalisé une version longue que je ne pourrai pas poster sur Youtbe car elle fait plus de 15 minute. Cependant, j’en ai fait une version courte qui elle est sur le site de Youtube.

Voici les vidéos que j’ai mise sur internet pour l’instant :

Déploiement de la sismique

Déploiement de la sismique

Déploiement du Carottier Calypso

Déploiement du Carottier Calypso

Début d'une plongée Scampi

Début d'une plongée Scampi

Et quelques vues du paysage

Et quelques vues du paysage

L'un ou l'autre de nos visiteurs.

L'un ou l'autre de nos visiteurs.

Vous pouvez voir ces vidéos en cliquant sur les liens.

J’ai hâte de passer une heure de plus dans mon lit puisque cette nuit, nous changeons d’heure tout comme à terre.

Jour 8 – Un autre jour de folie

octobre 23, 2009

Aujourd’hui la houle est encore plus haute que hier. Rien que le multifaisceaux et le chirp sont en fonction.

Un mauvais jour avec l’internet!

Mercredi le 21 Octobre

En fin de journée, hier, la houle a forci. Ce coups ci elle a duré toutes la nuit et a créé des vagues encore plus hautes que les jours précédents. Malgré le fait que le Pourquoi pas? soit un gros bateau, on se sent tout de même pas mal chahuté et je pense que certains d’entre nous en souffrent. Même avec les patchs, j’ai dû m’allonger pour récupérer et laisser mon ventre se calmer. Je ne pense pas que ce soit trop fort comme vague, mais pour un marin amateur comme moi, c’est déjà suffisant.
Sur le pont 7, un des écrans de contrôle fourni un graphique de la houle. Comme vous pouvez le voir ce n’est pas une ligne continue (creux de 4 mètres).

La mesure de la houle en haut à gauche

La mesure de la houle en haut à gauche

Une vue à travers un hublot du pont 3.  La photo ne rend pas très bien l'effet, mais on peut voir l'horizon déformé par les vagues!

Une vue à travers un hublot du pont 3. La photo ne rend pas très bien l'effet, mais on peut voir l'horizon déformé par les vagues!

Pendant une période, le soleil nous a permis de profiter de jolis contrastes entre le ciel, la mer et le bateau. Nous avons même eu l’impression de naviguer vers un arc-en-ciel. Il y a sûrement des mers plus calmes de l’autre côté.

Vers un arc-en-ciel

Vers un arc-en-ciel

sun1

L’état de la mer ne nous a pas permis de déployer des équipements. Nous avons réalisé des profils de reconnaissance avec le Chirp et le Multifaisceaux pour cartographier la région.

Une carte produite par la précédente génération de multifaisceaux à une résolution d'environ 120m.

Une carte produite par la précédente génération de multifaisceaux à une résolution d'environ 120m.

L'écran de contrôle de l'acquisition des données multifaisceaux

L'écran de contrôle de l'acquisition des données multifaisceaux

Le pont 7 est le lieu d'acquisition et de prise de décisions concernant les activités de mission

Le pont 7 est le lieu d'acquisition et de prise de décisions concernant les activités de mission

J’ai passé le plus clair de ma journée à essayer d’éditer et de voir comment mettre une vidéo sur Youtube. Après près de 3 heures de téléchargement d’un logiciel d’édition, j’ai coupé des scènes et lorsque j’ai voulu exporter le fichier des logos se sont affichés. J’aurais bien aimé qu’ils me le disent avant. Sophie Arnaud a essayé de me trouver un autre logiciel qui peut exporter mais pas le découper.

L’autre de mes frustrations a été d’essayer faire paraître le blog en français. Le logiciel de mise en page du blog ne permet pas d’afficher les accents qui sont très importants en français. J’ai trouvé hier un éditeur qui m’aurait permis de faire paraître le texte en français. Je me suis enregistré mais j’attends toujours la clé d’activation. La dernière solution est de créer un fichier pdf ou word et de l’envoyé au webmestre de l’IFREMER et de le mettre sur le site web d’où il pourra être téléchargé.

Ici, nous espérons que la mer va se calmer demain et que nous pourrons carotter et envoyer le Scampi à l’eau.

Jour 7 – la vie à bord du Pourquoi pas ?

octobre 23, 2009

Nous sommes sous l’emprise d’une bonne houle qui risque de s’empirer ce soir. A cause de cette houle, aucun équipement n’a été déployé aujourd’hui. Seul les équipements acoustiques ont été utilisés, de ce fait je vais essentiellement présenter comment se passe ma journée à bord.

Mardi le 20 Octobre

Je suis diabétique, et lorsqu’on m’a proposé pour la première fois d’embarquer sur la campagne BOBGeo, je dois dire que j’appréhendais comment faire pour lutter contre le mal de mer et pouvoir garder mon équilibre en sucre. Je me souviens d’avoir dû rester dehors pour prendre l’air lors d’un précédent voyage des Iles Anglo-normandes vers Torquay. Je m’attendais donc à souffrir du mal de mer. Après une discussion avec mon docteur, ce dernier m’a fourni des patches que l’on place derrière l’oreille. Je suis persuadé que ces patchs fonctionnent très bien et que si je ne les utilisais pas je souffrirais du mal de mer surtout après la tempête d’hier soir.

La plupart de l’équipe scientifique et l’équipage sont séparés en trois quart, de 0 heure à 4 heures, de 4 heure à 8 heures, de 8 heures à 12 heures. Ces quarts sont répétés l’après-midi. Il y a aussi un quatrième groupe, les « hors quart », qui travaillent pendant les horaires normaux de journée. Je fais parti de ce dernier groupe de personne.

Ma journée commence vers 07:00 du matin par un bon petit-déjeuner. Ce matin, il y avait une petite houle qui restait et qui a littéralement fait glisser mon bol de « corn flakes » sur mon plateau, allant jusqu’à le faire presque tomber par terre.

La mer ce matin. La photo ne donne pas une idée satisfaisante des sensations.

La mer ce matin. La photo ne donne pas une idée satisfaisante des sensations.

Après le petit-déjeuner, je flâne souvent un petit peu dans le bateau pour voir ce qui se passe et poser des questions sur les activités des gens. Le chef de mission, Jean-François, écrit sur un tableau blanc les prochaines activités de la mission. Hélas, le texte est en français et bien que je puisse comprendre l’un ou l’autre mot, je dois demander plus de détails aux différentes personnes. Presque tout le monde à bord parle bien anglais. De temps à autre, ils cherchent leur mots, mais la plupart du temps j’arrive à comprendre ce qu’ils veulent dire. J’aimerais tant pouvoir parler aussi bien français qu’ils ne parlent anglais.

Oliver Soubigou, Thierry Schmitt et Laure Simplet entrain de gérer les informations de la base de données CASINO (cahier de quart électronique).

Oliver Soubigou, Thierry Schmitt et Laure Simplet entrain de gérer les informations de la base de données CASINO (cahier de quart électronique).

J’ai un peu de difficulté avec la hauteur, mais après ma balade matinale, j’arrive souvent au pont 7 d’où je peux voir quelques dauphins ou des oiseaux. Sinon je me rends au pont de rassemblement (pont 5) au milieu du navire d’où je peux voir ce qui se passe sur le pont 3 d’où la plupart des équipements sont déployés.
Aujourd’hui, nous sommes dans la zone BOB 2 et on a déployé la flûte sismique. J’ai été surpris par le son de la sismique à chaque fois que le canon émettait sa bulle d’air. Celle-ci, comme pour la plupart des équipements acoustiques que nous utilisons parcourt la colonne d’eau et vient se refléter sur les différentes couches de sédiments qui composent le sous-sol de l’océan.

Un des canons (gauche) et 600 m de flûtes d'écouteurs acoustiques (droite) composent le système d'acquisition sismique.

Un des canons (gauche) et 600 m de flûtes d'écouteurs acoustiques (droite) composent le système d'acquisition sismique.

Arrive le repas de midi. La nourriture y est souvent bien variée, mais il semble que nous ayons souvent du poisson. Aujourd’hui, l’entrée était une salade de pamplemousse dans laquelle j’ai cru reconnaître des fruits de mer, suivi de nems, suivi d’un carré d’agneau avec des carottes et des fèves. Le dessert était un cornet de glace. Je pensais que j’allais perdre du poids, mais c’est loin d’être le cas.

La cafetaria

La cafetaria

Lorsque l’après-midi commence, je commence à penser à ce que je vais mettre dans le blog. De manière générale, j’essaye d’avoir quelque chose de fini avant le souper, qui est à 20 heures pour moi (ce soir il y avait de la soupe au légume et du jambon cuit), j’en donne une copie à Jean-François pour qu’il m’aide à donner plus de détails. Après le souper, je corrige le document et je commence à le télécharger sur le site du blog, ce qui peut me prendre jusqu’à deux heures s’il y a beaucoup de photos (la connexion satellite est limitée). Je donne aussi une copie pour la traduction en français. Pour l’instant, le système du blog ne permet pas les accents mais nous essayons de trouver une autre solution. Enfin, j’envoies aussi un courrier électronique à ma femme pour qu’elle puisse me donner ces commentaires et corriger les quelques fautes de grammaire et d’orthographe qui restent encore. Si vous regardez fréquemment le blog vous verrez que quelques pages sont corrigées le lendemain matin.

Me voici entrain de rédiger et d'envoyer les dernières nouvelles du blog.

Me voici entrain de rédiger et d'envoyer les dernières nouvelles du blog.

Normalement, à l’issu de cette journée, il est temps pour moi d’aller me coucher sauf si il y des activités importantes telles qu’un déploiement de SCAMPI (voir le blog d’hier).

La cabine que je partage avec Charles Dupe qui est à bord pour répertorier les mammifères marins.

La cabine que je partage avec Charles Dupe qui est à bord pour répertorier les mammifères marins.

charles_dupe

Charles and Ludivine qui répertorient les mamifères marins

Charles and Ludivine qui répertorient les mamifères marins

J’apprécie beaucoup cette expérience originale que d’être à bord d’un bateau scientifique au milieu du Golfe de Gascogne. Toutefois en étant l’un des seuls à ne pas parler français, je trouve cela un peu dur, mais la plupart des gens font un effort pour m’aider.

Owen

Owen

Jour 6 – Le Scampi s’accroche

octobre 23, 2009

Hier une carotte d’environ 12 m a été récupérée par le Calypso et le SCAMPI a été déployé dans le début de la nuit vers 10:30.

Le temps est sur le point de changer et une dépression devrait se centrer sur le Golfe de Gascogne. Elle devrait être là ce soir ou demain alors que nous irons vers la deuxième zone de travail.

Lundi 19 Octobre
Aujourd’hui nous terminons la zone BOB1. On m’a dit que le temps devrait bientôt changer. Lorsque j’écris ces lignes, il y a bien plus de mouvements dans ma cabine que les jours passés et les patchs anti-mal de mer sont mis à rude épreuve.

Les sections de carottes de la veille ont été préparées pour les rayons X. Cette méthode permet de différencier certaines strates que l’on ne pourrait pas voir à l’œil

Michel Cremer (Left), Alexis Rochat and Linda Rossignol entrain de préparer des sections pour les rayons X.

Michel Cremer (Left), Alexis Rochat and Linda Rossignol entrain de préparer des sections pour les rayons X.

Un morceau de débris d'origine glaciaire (environ 16000 ans).

Un morceau de débris d'origine glaciaire (environ 16000 ans).


Valentine Lanfumey et Michel Cremer vérifiant la découpe des carottes avant qu'elles ne soient envoyées à Bordeaux pour les rayons X.

Valentine Lanfumey et Michel Cremer vérifiant la découpe des carottes avant qu'elles ne soient envoyées à Bordeaux pour les rayons X.

Une deuxième carotte Calypso a été échantillonnée ce soir. La pénétration a été stoppée à 12 m sous le niveau du fond marin, sûrement à cause d’une couche indurée. Les 12 mètres de sédiments sont d’un intérêt pour les sédimentologues.

Ces soir le SCAMPI a été déployé vers 10:30. J’ai rejoint l’équipe du SCAMPI dans le local de manipulation sur le pont arrière. Brigitte Guillaumont et Sophie Arnaud ont pris à tour de rôle des photos digitale du fond marin en se basant sur les images de moins bonnes qualité provenant de la vidéo. La fin de la plongée s’est terminée vers 4:00 du matin. Je me suis senti mal à l’aise d’aller me coucher vers 1:00 du matin. Au souper, Sophie m’a dit qu’elle avait vu quelques traces de coraux vivants.

If you look closely you can just see Brigitte (left) and Sophie as they watch the video screen closely for any signs of coral.

If you look closely you can just see Brigitte (left) and Sophie as they watch the video screen closely for any signs of coral.

Coraux sur le bord d'une falaise

Coraux sur le bord d'une falaise

Une chimère prise en photo.

Une chimère prise en photo.

Le Scampi a encore été déployé cette après-midi et nous a causé quelques soucis lorsqu’il est allé se prendre dans une palangre. Il nous a fallu près de 2 heures pour le ramener à bord.

Le Scampi à bord après sa difficile plongée.

Le Scampi à bord après sa difficile plongée.

Finalement nous pouvons publier le blog en francais.

octobre 23, 2009

Ce coup ci c’est vraiment Dimanche! A cause des problèmes de connection au site du blog au début de la mission, j’ai accumulé un peu de retard, en plus j’ai un peu perdu la notion du temps. Si ma femme ne m’avait pas envoyé un mail me spécifiant que nous sommes samedi et non pas jeudi, je n’aurais sûrement jamais remarqué.
Essayer de se souvenir de ce qui s’est passé la veille est aussi un peu difficile, car ma mémoire me fait un peu défaut et que peut être les patchs pour lutter contre le mal de mer ont tout de même des effets secondaires sur moi. Malgré tout je vais essayer de rattraper mon retard de façon à faire état des évènements quand ils arrivent plutôt qu’un jour trop tard.

Par chance peu de choses se sont passées hier matin. J’ai passé du temps au pont 3 où les données du Chirp, la sismique et le multifaisceaux sont traitées et tracées sur de multiples cartes. Celles-ci sont utilisées pour trouver des sites potentiels darottage Calyspo et de déploiement du SCAMPI.

Vincent Guilbaud (gauche) and Mathieu Kerjean (droite) entrain de traiter les données de chirp

Vincent Guilbaud (gauche) and Mathieu Kerjean (droite) entrain de traiter les données de chirp

 

(De gauche à droite) Michel Cremer,  David Menier, Jean Francois Bourillet and Jean-Yves Tous en train d'interpréter des données de sismique

(De gauche à droite) Michel Cremer, David Menier, Jean Francois Bourillet and Jean-Yves Tous en train d'interpréter des données de sismique

Laure qui dimensionne les charges à appliquer sur les carottes Calypso

Laure qui dimensionne les charges à appliquer sur les carottes Calypso

L’évènement important de la journée a été le déploiement du carottier Calypso dans l’après-midi. Le carottier Calypso se compose d’un tube d’acier dans lequel se trouve un tube de plastique de 12 cm (la chemise) et d’un poids de 3.2 tonnes. Le carottier tombe d’une hauteur d’environ 35 m au dessus du fond marin. Le poids permet de pénétrer dans les sédiments, dans le meilleur des cas jusqu’environ 35 m. Un système de piston au sommet de la chemise permet de créer le vide lors de la pénétration et de faciliter l’entrée du sédiment dans la carotte, tout comme une seringue. Le travail de Laure Salzat consiste à prédire quelles sont les caractéristiques de ce systèmes pour permettre d’acquérir une profondeur de sédiment important, sans le dénaturer et en le maintenant dans la carotte pendant la remontée.

Un diagrame simplifié du système Casino

Un diagrame simplifié du système Casino

Le carottier Calypso a été déployé vers 5 heures de l’après-midi à une profondeur d’environ 1000 m. 23 mètres de carottes a été ramenés à bord. Une fois à bord la chemise est sortie du tube d’acier, séchée, marquée et coupée tous les mètres. Une première description sera effectuée avant que les sections ne soient stockées

Début du déploiement

Début du déploiement

La masse de 3.2 tonnes sur le sommet du tube d'acier pret à être déployé.

La masse de 3.2 tonnes sur le sommet du tube d'acier pret à être déployé.

Après environ deux heures sous l’eau et en manutention le long de la passerelle, le Calypso est à bord. Les premiers commentaires sont positifs.

Le bout du tube Calypso couvert de sediments fins

Le bout du tube Calypso couvert de sediments fins

La chemise pleine prête à être séchée, débitée, examinée est stockée.

La chemise pleine prête à être séchée, débitée, examinée est stockée.

 

Mathieu Kerjean nomme le nom des sections en les écrivant sur les bouchons

Mathieu Kerjean nomme le nom des sections en les écrivant sur les bouchons

Dimanche 18 octobre

Il semble que j’ai manqué la soirée au bar hier soir. J’ai passé ma soirée dans ma cabine à voir ce qui pourrait être fait pour mettre en ligne les vidéos filmées à bord. De ce que j’ai pu entendre la soirée a été bonne et il y avait quelques personnes mal réveillées ce matin. Je me mettrai une note pour samedi prochain.

Après le petit-déjeuner, je me suis dirigé au laboratoire du pont 3 pour voir ce qui se passait et rencontrer Fabien Paquet qui était entrain d’examiner les sections de carotte de la veille.

Fabien entrain de décrire la section 11 de la carotte d'hier. Cette section se situe environ à la moitié de la carotte

Fabien entrain de décrire la section 11 de la carotte d'hier. Cette section se situe environ à la moitié de la carotte

Si vous regardez précisément, au niveau de la flèche vous verrez une forme qui ressemble à celle d'un poisson. Fabien pense que cette marque est une marque de bioturbation de quelques centaines d'années. La bioturbation est un terme qui caractérise les mouvements de sédiments causés par la présence d'animaux.

Si vous regardez précisément, au niveau de la flèche vous verrez une forme qui ressemble à celle d'un poisson. Fabien pense que cette marque est une marque de bioturbation de quelques centaines d'années. La bioturbation est un terme qui caractérise les mouvements de sédiments causés par la pr

Ce matin l’échantillonneur de surface (carottier Usnel) a été déployé à deux reprises à environ 400m. Pour ces deux déploiements, l’échantillonneur est remonté vide. Une raison peut en être que le sédiment était trop induré.
Un autre système plus pesant a été employé (benne Hamon). Cette benne ressemble à une mâchoire qui se referme est remonte le sédiment. Une fois de plus le succès de la benne a été limité. On essayera un peu plus loin demain

Hello world!

octobre 23, 2009

Welcome to WordPress.com. This is your first post. Edit or delete it and start blogging!